CASTA Antonin

Par Éric Belouet

Né le 9 février 1919 à Villeurbanne (Rhône), mort le 2 février 2000 à Lyon, IIIe arr. (Rhône) ; commis (1934), puis employé à l’EDF (1947-1979) ; permanent de la JOC à Lyon (1945-1947) ; syndicaliste FO, secrétaire adjoint du syndicat de base et de l’Union régionale FO (1953), membre du comité fédéral national (1965) ; militant de la SFIO ; conseiller municipal de Villeurbanne (1959-1977).

Fils d’un ouvrier teinturier décédé en 1926 et d’une corsetière-repasseuse, tous deux d’origine corse, Antonin Casta fréquenta l’école paroissiale Sainte-Thérèse à Villeurbanne et obtint le certificat d’études primaires en 1931. Après une année de cours complémentaire dans le même établissement et deux années d’enseignement primaire supérieur à l’école Saint-Jean-Baptiste de la Salle à Lyon (Rhône), il commença à travailler à la fin de l’année 1934. Il occupa divers emplois de commis à Lyon, dans l’entreprise de couvertures de parapluie Viallet-Soierie fin 1934 puis chez Albert Tardif, inspecteur général de la compagnie d’assurances « Le Patrimoine », de janvier 1935 à août 1936, tout en suivant des cours du soir de comptabilité et de secrétariat.

Après une période de chômage de septembre 1936 à avril 1937, Antonin Casta fut embauché dans l’entreprise d’électricité J. Louteur à Lyon jusqu’à juin 1939. Exempté des classes la même année, il entra en septembre 1939 à la Recette municipale de Villeurbanne et y travailla pendant toute la durée de la guerre. Titularisé, il devint commis du Trésor et prit un congé sans solde en janvier 1945. Militant de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) depuis 1936, il avait en effet été sollicité par le secrétariat général de cette organisation pour en devenir un des animateurs permanents à Lyon. Il assuma cette responsabilité jusqu’en novembre 1947.

Revenu à la vie professionnelle, il fut embauché à l’EDF le 17 novembre 1947 et fit toute sa carrière au CRTT des Alpes, d’abord au service « achats » jusqu’à janvier 1965, puis au service « affaires générales » jusqu’à sa mise en inactivité le 1er mars 1979. Il s’était marié le 21 mai 1949 avec Antoinette Fantaccione, sténodactylo au service « mesures » des Vêtements Bayard. De cette union naquirent trois enfants.

Syndiqué à la CGT-Force ouvrière dès son entrée à l’EDF, Antonin Casta devint secrétaire adjoint du syndicat de base (ouvriers-employés-petite maîtrise) ainsi que de l’Union régionale lors de sa création en 1953. Membre de la commission des conflits à l’issue du VIIIe congrès de la Fédération Force ouvrière des Industries de l’énergie électrique et du gaz (décembre 1963), il fut élu au comité fédéral national lors du congrès suivant (novembre 1965). Il siégea en outre dans divers organismes statutaires : il fut secrétaire du comité mixte à la production, membre des commissions secondaires et du conseil d’administration de la Caisse mutuelle complémentaire d’action sociale.

Antonin Casta adhéra à la SFIO en 1954, option peu répandue parmi les anciens jocistes : « Pourquoi la SFIO... ? Beaucoup de copains de quartier, jeunes ou vieux, en faisaient partie... Ainsi que pas mal d’agents de la mairie que j’avais connus. La réputation de Gagnaire, et je ne voulais ni le PC, ni la droite (où j’avais aussi des amis qui m’avaient sollicité). » [lettre d’Antonin Casta, 28 juin 1996]. Il quitta toutefois la SFIO en 1967 pour rejoindre « Socialisme et démocratie », organisation créée à l’instigation du maire socialiste de Villeurbanne, Étienne Gagnaire*, à la suite de son exclusion du parti. Conseiller municipal de cette ville de mars 1959 à mars 1977, Antonin Casta y vécut jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18917, notice CASTA Antonin par Éric Belouet, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 14 mars 2017.

Par Éric Belouet

SOURCES : Arch. JOC (SG) : fichier des anciens permanents. — Arch. Fédération FO des Industries de l’énergie électrique et du gaz. — Notice DBMOF, t. 21 (ainsi que la notice biographique d’Étienne Gagnaire, t. 29). — Lumière et Force, n° 92 (décembre 1963-janvier 1964), 104 (octobre-novembre 1970), 150 (janvier 1973). — Socialisme et démocratie, n° spécial, décembre 1976. — Témoignage de l’intéressé, janvier 1996. — État civil de Villeurbanne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément