LESTRADE Adolphe

Par Maurice Moissonnier

Né le 20 novembre 1906 à Givors (Rhône), mort le 28 janvier 1977 à Bourgoin-Jallieu (Isère) ; ouvrier du bâtiment, militant syndicaliste et communiste du Rhône ; résistant.

Adolphe Lestrade, qui avait adhéré au Parti communiste en 1927, fut promu d’emblée responsable à la propagande antimilitariste du sous-rayon d’Oullins (Rhône). En 1932, il devint membre de la commission exécutive du syndicat unitaire des maçons et secrétaire de la cellule locale du Parti communiste à Oullins, cellule qui comptait 21 membres. En 1934 et 1935 il participa aux travaux de la commission exécutive du Comité Amsterdam-Pleyel du Rhône et, en 1936, à la suite d’un changement de résidence, il devint secrétaire de la cellule de la Villette à Lyon (IIIe arr.). En 1936 et 1937, délégué du syndicat CGT du Bâtiment, il fut intégré au comité de rédaction de l’Effort, « organe de défense sociale » contrôlé par la Xe région fédérale du Bâtiment. De 1936 à 1939, il exerça les fonctions de secrétaire à l’organisation de la section communiste de la Part-Dieu et, à ce titre, participa au comité de Front populaire du IIIe arr. et aux travaux de la commission de coordination socialiste-communiste.

En 1939, Lestrade fut mobilisé à l’entreprise Zénith à Lyon et fut coopté au « triangle » d’organisation régional clandestin du PC. En mars 1940, son affectation spéciale étant résiliée, il fut envoyé à l’armée qui l’expédia dans un camp pour suspects (propagandistes révolutionnaires). Après la défaite, en septembre 1940, il reprit contact avec le Parti communiste clandestin qui lui demanda d’aller à Toulouse en 1943 et à Marseille en janvier 1944. Arrêté en juin 1944 au cours d’une rafle, il eut la chance d’échapper aux soupçons et d’être relâché deux semaines plus tard.

À la Libération, au début de 1945, il fut nommé directeur politique du Patriote de Marseille puis, jusqu’au printemps 1946, il exerça les fonctions d’inspecteur du COMAC. Par la suite, de retour à Lyon, il fut élu au comité de section du Parti communiste de Villeurbanne.

Lestrade s’était marié en 1925 à Pierre Bénite (Rhône).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article118263, notice LESTRADE Adolphe par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 14 mars 2017.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130, Rhône. — Réponses de l’intéressé à un questionnaire biographique. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément