A noter

  • Consulter Maitron-en-ligne dans votre établissement ou votre bibliothèque

    Vous retrouverez ci-dessous la liste des universités et institutions de recherche disposant d’un accès au Maitron-en-ligne, ainsi que la liste des bibliothèques, médiathèques et centres d’archives dans lesquelles vous pouvez consulter l’intégralité du site.
  • Les Anarchistes. Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone

    Le Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone est disponible depuis le 1er mai. Épuisé quatre mois plus tard, il a été réimprimé et est à nouveau disponible.
  • Loïc Le Bars, auteur du Maitron, vient de publier

    LES PROFESSEURS DE SILENCE
    Maîtres d’études, maîtres répétiteurs et répétiteurs du XIXe siècle
    L’Harmattan Collection : Chemins de la Mémoire Série XIX siècle / Histoire de l’éducation
    456 p.
  • Videos du Dictionnaire des anarchistes

    Jeanne Menjoulet a consacré une série de vidéos au Dictionnaire des anarchistes. Découvrez ces films thématiques et biographiques, disponibles en ligne.
  • Pour l’Humanité. La Ligue des droits de l’Homme de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940

    Emmanuel Naquet
    La Ligue des Droits de l’Homme, dont l’auteur propose ici la première histoire globale de sa fondation à la Seconde Guerre mondiale, constitue, selon Léon Blum, « un monument constitutif de la République » par sa pérennité et son audience, rassemblant jusqu’à 180 000 membres, au-delà même de l’Hexagone, et intervenant quotidiennement auprès des autorités. Parce qu’elle forme une organisation plurielle et évolutive de savants, de juristes, de médecins, de syndicalistes, de coopérateurs, d’hommes de partis comme d’élus de la République, son étude permet d’aborder des sociabilités et des trajectoires, de découvrir des cultures politiques, de montrer comment les histoires du Droit et des droits s’entremêlent, comment les histoires de la Justice et des justices se superposent. Sa vision et sa participation à l’État de droit et à l’État-providence, par un syncrétisme projeté dans une République à revivifier, l’incitent en effet à condamner la police des mœurs et la peine de mort, à penser la justice militaire, la syndicalisation et le droit de grève, les assurances sociales, mais aussi l’équité fiscale, la démocratie, la laïcité. Ainsi cherche-t-elle à prolonger la révolution des droits de l’Homme, proposant et infléchissant des réformes, continuant donc l’affaire Dreyfus, événement fondateur et modèle d’engagement responsable. Mais les guerres et les dictatures la poussent également à réfléchir et à agir pour la paix et les peuples. De fait, elle formalise un pari d’union politique avec le Front populaire qu’elle annonce et initie, non sans difficultés quand il faut assumer, au lendemain du traité de Versailles et face à la montée des tensions en raison du nazisme et de la guerre d’Espagne, pacifisme et antifascisme. Cette articulation sur le politique la fait transcender le statut de simple groupe de pression pour devenir une scène de la demande civique : elle œuvre à la socialisation des citoyens, entre le vote et les partis, devenant l’un des pôles structurants de l’écosystème républicain dans l’entre-deux-guerres. Reste qu’elle laisse alors en suspens des questions (droits des « indigènes » et place des femmes dans la Cité par exemple), révélant les limites d’une promesse humaniste, émancipatrice et universaliste, entre les principes et le possible.
    Emmanuel Naquet, docteur en Histoire, enseignant en Classes préparatoires, est également chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po Paris et membre des comités de rédaction d’Histoire@Politique. Politique, culture, société et de Matériaux pour l’histoire de notre temps. Il travaille sur la culture politique, le modèle républicain, le pacifisme, les formes d’engagement au XXe siècle, et a codirigé, avec Gilles Manceron, Être dreyfusard, hier et aujourd’hui (PUR, 2009, 551 p.). Il est co-auteur, avec Serge Bianchi, Philippe Darriutat et François Ploux, de Citoyenneté, république, démocratie en France de 1789 à 1899 (PUR, 2014). Il prépare, en collaboration avec André Hélard, une anthologie critique de textes de l’intellectuel dreyfusard Victor Basch (PUR en 2005).
  • La grande guerre et Le mouvement ouvrier dans les Bouches-du-Rhône, entre Union sacrée, pacifismes et luttes sociales.

    Programme /Colloque vendredi 14 novembre 2014
    Organisé par Promémo et le CIRA avec la participation des Archives départementales
    La grande guerre et Le mouvement ouvrier dans les Bouches-du-Rhône, entre Union sacrée, pacifismes et luttes sociales.
  • Le Maitron aux Rendez-vous de l’histoire à Blois : 9-12 octobre 2014

    En raison du thème des Rendez-vous, Les Rebelles, le Maitron s’est fortement mobilisé. Outre les Éditions de l’Atelier au stand 197, les Amis du Maitron seront installés au stand 152. Y seront présentés les publications des associations régionales et le chantier du Maitron, par Paul Boulland, Claude Pennetier, David Aguilar, du jeudi 9 au dimanche 12.
    Nous animerons deux débats.

Présentation

Comment accéder au Dictionnaire des anarchistes en ligne lorsqu’on a acquis le DBMLF papier ?

Le site maitron-en-ligne reprend, parfois dans une version enrichie et avec de l’iconographie, la totalité des 148 000 notices publiées dans l’ensemble du Maitron, y compris les volumes spécialisés et les cédéroms édités par les Éditions de l’Atelier.

Nouveautés : un moteur de "recherche avancée" permet des recherches avec croisement des informations. Les notices « À la Une » sont en libre accès.

Le Maitron-en-ligne est désormais accessible dans divers établissements d’enseignements et de recherches, en France et à l’étranger, et il est consultable dans certaines bibliothèques publiques. Voir la liste.

Claude Pennetier, Paul Boulland (info@maitron.org).

Lire la suite

• La rubrique Périodes correspond au découpage chronologique traditionnel du Maitron, avec ses quatre premières périodes déjà publiées et la cinquième période (1940-1968) en cours de publication. Toutes les notices de ce site sont donc reliées à une ou plusieurs périodes.

• La rubrique Dictionnaires reprend l’ensemble des dictionnaires spécialisés du Maitron récemment réalisés ou en cours de réalisation/réactualisation, à l’exception, pour le moment, des dictionnaires internationaux.

Le Dictionnaire des anarchistes - Le Dictionnaire biographique des cheminots (DBC) - Le Dictionnaire biographique des enseignants (DBE) - Le Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés (DBFE) - Le Dictionnaire biographique des Gaziers-électriciens (DBGE) - Le Dictionnaire du mouvement ouvrier en Grande-Bretagne et Irlande - Le Dictionnaire biographique du Komintern (DBK) - Le Dictionnaire biographique des militants du Val-de-Marne (DBMVM) - Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier au Maghreb, en cours de chargement.

biographies à la une

Dernières mises en ligne importantes, notices inédites, notamment pour le XIXe siècle, ou liées à une actualité (décès, exposition, etc.). Ces notices sont en accès libre.

BERGERON André, Louis

Né le 1er janvier 1922 à Suarce (Territoire de Belfort), mort le 19 septembre 2014 à Paris ; ouvrier imprimeur ; militant socialiste et syndicaliste CGT du Territoire de Belfort avant 1940, puis FO, secrétaire général de la CGT-Force ouvrière de 1963 à 1989.

Michel Dreyfus, Claude Pennetier

PERROT Michelle [née ROUX Michelle]

Née le 18 mai 1928 à Paris (XIIe arr.) ; professeure honoraire d’université, historienne du mouvement ouvrier et des femmes ; féministe.
À l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois (9-12 octobre 2014), présidés par Michelle Perrot, nous mettons en libre accès sa notice à paraître début novembre dans le tome 10 (Per-Ri) du nouveau Maitron.
Nous en profitons pour annoncer la présence du Maitron au RV de l’Histoire sur deux stands : celui des Éditions de l’Atelier et celui de l’association des Amis du Maitron.

Par ailleurs nous organisons deux débats :
Rebelles, révoltés, militants, dans l’ordre et désordre : autour du Maitron, avec Paul Boulland, Claude Pennetier, Bernard Pudal, Jean-Louis Robert. Samedi 11 octobre, 16 h-17h30, amphi Denis Papin, INSA.
Les anarchistes, de la biographie individuelle à la biographie collective. Y a-t-il eu une belle époque de l’anarchisme ? Regards sur les itinéraires des ilbertaires, avec Michel Cordillot, Guillaume Davranche, Véronique Fau-Vincenti, Hugues Lenoir, Claude Pennetier. Samedi 11 octobre, 18h15-19h45, Amphi 2, Université.

Séverine Liatard

Présentation du Maitron Afrique

Françoise Blum, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Johanna Siméant

AGULHON Maurice, Louis, Étienne

Le décès de Maurice Agulhon nous fait perdre un ami fidèle. Correspondant du Var pour la première période du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, ce grand historien aimait rappeler dans les années 2000, avec son bon sourire complice, qu’il avait toujours été au rendez-vous pour défendre le Maitron, du vivant de Jean Maitron comme après son décès en 1987.
Né le 20 décembre 1926 à Uzès (Gard), mort le 28 mai 2014 ; agrégé d’histoire, professeur aux lycées de Toulon (Var) et de Marseille (Bouches-du-Rhône), professeur d’histoire contemporaine à la Faculté d’Aix-en-Provence puis à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, professeur au Collège de France ; militant communiste jusqu’en 1960, syndicaliste au SNESUP.

Christophe Charle

FILIPPETTI Angel [FILIPPETTI Angelo, francisé en Angel]

Né le 11 janvier 1938 à Audun-le-Tiche (Moselle), mort le 15 septembre 1992 à Audun-le-Tiche ; mineur de fer ; syndicaliste CGT et militant communiste de Moselle, délégué mineur, membre de la commission exécutive du syndicat CGT des mineurs de fer de Lorraine, membre du comité fédéral du PCF mosellan ; adjoint au maire puis maire d’Audun-le-Tiche, conseiller général de Moselle, président de l’Association transfrontalière du bassin supérieur de l’Alzette.

Pierre Schill

JAURÈS Jean [JAURÈS Auguste, Marie, Joseph, Jean]

Né le 3 septembre 1859 à Castres (Tarn), mort assassiné à Paris le 31 juillet 1914 : venu lentement au socialisme, auquel il est définitivement acquis vers 1892-1893 ; grand intellectuel, militant ardent, député de Carmaux ; a donné son nom — mais pas davantage — au courant dit « jauressiste » ; le plus grand et le plus original des leaders du socialisme français ; passionnément attaché à l’Internationale, auprès des instances de laquelle il représenta constamment la France de mai 1901 à sa mort.

Madeleine Rebérioux

AUDIN Maurice

Né le 14 février 1932 à Béja (Tunisie), assassiné après tortures par les parachutistes français le 21 juin 1957 ; arrivé en famille à Alger en 1940 ; étudiant communiste de la Faculté d’Alger adhérant au PCA en 1951 ; depuis 1953, assistant à la Faculté des sciences en préparant une thèse de doctorat de mathématiques soutenue in absentia par suite de sa disparition après arrestation par les parachutistes français le 11 juin 1957 en pleine « Bataille d’Alger » ; la contre-enquête de l’historien Pierre Vidal-Naquet (L’Affaire Audin), appuyée par le Comité Audin, dénonçant le mensonge de l’évasion ; le procès et la reconnaissance de la vérité restant sans aboutissement du fait de l’amnistie des crimes « liés aux événements d’Algérie » ; après son exécution sur ordre du général Massu, le plus vraisemblablement, cadavre jeté dans une fosse à une vingtaine de kms d’Alger.

René Gallissot

BARTON Paul (Jiri Veltrusky, dit)

Né le 5 juin 1919 à Prague (Tchécoslovaquie), mort le 31 mai 1994 à Paris. Militant socialiste et syndicaliste tchèque, réfugié en France en 1948. Journaliste indépendant. Animateur de la revue Masses-Informations Tchécoslovaquie. Collaborateur des revues Le Contrat social, Confrontation internationale, Preuves, La Révolution prolétarienne, Saturne. Travaille à partir de 1962 pour la CISL, puis à partir de 1968 au bureau européen de l’AFL-CIO à Paris.

Charles Jacquier

BLEIBTREU Amélie, dite Lily [née BUNLE Amélie, dite aussi Amélie ZYROMSKI]

Née le 5 juillet 1922 à Paris (IVe arr.) ; institutrice puis professeur de mathématiques ; militante trotskyste puis syndicaliste École émancipée ; belle-fille de Jean Zyromski.
Interview en ligne (image et montage : Jeanne Menjoulet).

Consulter Maitron-en-ligne dans votre établissement ou votre bibliothèque

Vous retrouverez ci-dessous la liste des universités et institutions de recherche disposant d’un accès au Maitron-en-ligne, ainsi que la liste des bibliothèques, médiathèques et centres d’archives dans lesquelles vous pouvez consulter l’intégralité du site.

DECHEZELLES Myriam née SALAMA

Myriam Dechezelles née Salama, vient de décéder à l’âge de cent ans. Elle était la femme d’Yves Dechezelles, l’avocat anticolonialiste. Mais aussi une femme libre, exigeante, érudite, engagée dans les combats du siècle. Voici son portrait, établi par ses fils Jean-Jacques et Guy, et qui servira de base pour une notice du Maitron.
Née le 2 septembre 1914 à Alger, morte le 5 août 2014 à Paris  ; militante communiste en Algérie puis socialiste, anticolonialiste des nouvelles gauches.

HURST Jean-Louis. Pseudonyme pendant la guerre d’Algérie : MAURIENNE

Né le 18 septembre 1935 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 13 mai 2014 à Villejuif (Val-de-Marne) ; instituteur, journaliste ; militant communiste ; militant syndicaliste (SNI) ; militant clandestin pendant la guerre d’Algérie (déserteur, « porteur de valises »).

Tramor Quemeneur

MAITRON Jean

Né le 17 décembre 1910 à Sardy-lès-Épiry (Nièvre), mort le 16 novembre 1987 à Créteil (Val-de-Marne) ; instituteur, puis professeur de cours complémentaire jusqu’en 1955, docteur ès-lettres en 1950, professeur de l’enseignement secondaire (1955-1958), détaché au CNRS (1958-1963), maître-assistant à Paris I-Sorbonne (octobre 1963-octobre 1976) ; créateur du Centre d’histoire du syndicalisme (devenu Centre d’histoire sociale du XXe siècle) ; militant ; historien du mouvement ouvrier ; créateur du Mouvement social et du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier.
Découvrez la lecture de la biographie de Jean Maitron en vidéo

Claude Pennetier, sur la base d’un document établi par Jean Maitron

MNOUCHKINE Ariane

Née le 3 mars 1939 à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine) ; metteur en scène, scénariste et réalisatrice, fondatrice et directrice du Théâtre du Soleil.

Pénélope Driant

MOULIN Jean

Né le 20 juin 1899 à Béziers (Hérault), mort probablement le 8 juillet 1943 à Metz (Moselle) ; préfet ; envoyé du Comité national français en France avec rang de ministre, président du Conseil national de la Résistance.

Jean-Marie Guillon

PETITE Jean, Noël

Né le 9 décembre 1924 à Paris (XIIIe arr.), mort le 30 mai 2014 à Newcastle (Angleterre) ; professeur de philosophie ; militant de la JEC, Résistant de « Défense de la France », fondateur du JLN ; militant syndicaliste, secrétaire de la section départementale du Calvados de la FEN (1961-1966), secrétaire de la section académique de Caen du SNES (1964-1966), secrétaire national pédagogique (1967-1981), secrétaire général adjoint (1981-1985) ; secrétaire général de la FIPESO (1982-1986) ; militant du PSU puis du PS, animateur de « Démocratie et Université » ; militant du Mouvement de la Paix et de l’Appel des cent.

Alain Dalançon, Pierre Petremann